Pierre BERNIER de Vitet

Le 7 février 1865, Pierre BERNIER est convoqué par la Cour de Justice pour répondre de l’accusation du vol d’une cuillère en argent chez François Adolphe DÉRAVIN.


Nous passerons sur l’histoire du vol en lui même, pour écouter l’histoire de Pierre BERNIER. Son portrait, par lui même, devant la Cour, est celui de la misère, et sans doute aussi, celui de beaucoup des autres habitants de notre île à cette époque. Des exils à Saint-Christophe, Trinidad ou Saint-Thomas, des salaires qui ne permettent pas de se nourrir, peu d’espoir de voir les choses s’améliorer.


« Il dit qu’il avait 20 ans et né ici à la campagne,
Qu’il ne sait pas ni lire, ni écrire,
N’a pas été confirmé et qu’il a généralement été à l’église chaque dimanche,
Que son père, Pierre BERNIER, grand-fils du Capitaine Pierre BERNIER, est mort depuis 9 ans, et qu’il était à Saint-Kitts à la mort de sa mère en 1861,
Qu’il avait resté avec elle jusqu’à l’âge de dix-huit ans, et l’a aidée de cultiver la terre,
Après quel temps il a travaillé pour messieurs François Adolphe DÉRAVIN et Hippolyte DUCHATELLARD, lui donnant la moitié de ce qu’il gagnait, et s’est enfin rendu à Saint-Christophe, d’où il est retourné depuis environ onze mois, ayant travaillé là dans la terre,
Qu’il a été un an et quelques jours au service de Mr Adolphe DÉRAVIN après son retour ici, pour soigner son cheval, lequel service il quittait, car il ne gagnait pas assez pour se nourrir, et retournait à la campagne pour travailler des terres appartenant à lui-même,
Qu’il a seulement été une fois devant la Cour de Justice pour son refus de faire garde de nuit et n’a jamais été accusé pour quelque crime,
Qu’il ne croyait pas que la cuillère était d’argent car il était soir, la croyait être de plomb, et l’a vendue le jour après qu’il l’a trouvée il y a deux ans, sur les bords des terres aux lots de Mr DÉRAVIN et Mr BIGARD, à Jacques AUBIN, pour 1 Escalin ».

FSB 247 – confirmation par Richard Burton DINZEY que la cuillère était d’argent

Pierre BERNIER est né le 24 novembre 1843 à Vitet. Il est baptisé le 26 mars 1844.
Il est le fils de Pierre « Roselie » BERNIER et de Marie rose LAPLACE, cultivateurs à Vitet. Son père est décédé le 4 février 1853, sa mère, le 8 septembre 1861.
Pierre BERNIER ne semble pas avoir été marié. Ses sœurs ont une descendance aujourd’hui.

FSB 247 – certificat du curé concernant Pierre BERNIER


Catégories :BERNIER, DERAVIN, SWEDISH EPOQUE, Uncategorized, Vitet

1 réponse

  1. As you carefully say, the abject misery is not unusual. Researching family in St.Kitts at this time, I am finding the St.Barth community in Basseterre were not all shining examples of Christian charity. Many exploited their own country-men for their personal advantage – and showed up in church every Sunday.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :