Jean Joseph MEISSONNIER

Le 13 janvier 1829, on marie, en l’église de Lorient :

 « Joseph MEISSONNIER, natif de Provence en France, fils majeur et légitime de sieur Honoré MEISSONNIER, maitre cuisinier, et de feue dame Marie PAUL, ses pères et mères de la paroisse de Draguignan, département du Var de droit, et de cette paroisse de fait, d’une part ,

et Roseline GRÉAUX, fille mineure en légitime mariage de feu sieur Jacques GRÉAUX, de son vivant habitant, et de feue dame Louise Suzanne VANTRE, domiciliée au quartier du Public, de cette paroisse de droit et de fait, d’autre part »

Les témoins sont Joseph Ange ESPANET (natif de La Cadière-d’Azur, dans le Var aussi), François DÉRAVIN, Jean BERRY et Joseph (Guiseppe) MORON (de Gènes en Italie).

ANOM – mariage de Jean Joseph MEISSONNIER – Saint-Barthelemy 1829

Rosalie ou Roseline GRÉAUX est sans doute native de Saint-Jean où ses parents ont habité (il semble qu’ils aient aussi habité Public). Je n’ai pas trouvé son acte de baptême, mais elle a dû naitre vers 1807. Son père est né à l’Anse des Cayes en 1777, sa mère, à Saint-Jean vers 1785. Son père se remarie en 1822 avec une Elisabeth QUESTEL, mais il décède vers 1827.

Jean Joseph MEISSONNIER, puisque c’est son nom complet, est quant à lui, non pas originaire de Draguignan comme indiqué dans l’acte de mariage, mais du village Les Arcs (un très joli village médiéval), à quelques kilomètres au Sud de Draguignan et à l’Est de Fréjus. Il y est né le 15 Prairial de l’An X, soit le 4 juin 1802, fils de Jean Honoré et de Marie PAUL. Son père, comme presque tout les hommes dans ce village, est tisserand et non pas maitre cuisinier. On peut remonter la généalogie de la famille jusqu’au 17e siècle dans ce village.

Jean Joseph MEISSONNIER et Roseline GRÉAUX auront quatre enfants.

Adélaïde, qui nait vers 1831 avec un baptême le 10 avril 1831. Elle épousera Alexis GRÉAUX de l’anse des Cayes le 13 juillet 1852. Ils auront neuf enfants,

Anne Marie qui nait vers 1840 et épouse Joseph LAPLACE de Vitet le 8 novembre 1864, ils auront cinq enfants.

Il y a aussi deux fils, Henri en octobre 1833 et Joseph, vers 1837, mais pour lesquels je n’ai aucune information.

On ne trouve rien d’autre sur Jean Joseph MEISSONNIER dans les registres paroissiaux, si ce n’est quelques bribes ici ou là :

Au mariage de sa fille Adelaïde en 1852, il est dit décédé,

Sur l’acte de décès d’Adelaïde en 1899, Il est dit que de son vivant il était  cultivateur, domicilié sur l’ile de Trinité (Trinidad).

Heureusement, dans un échange de courrier entre les autorités de Guadeloupe et les autorités de Saint-Barthélemy, on trouve quelques informations intéressantes qui nous permettent d’en apprendre un peu plus :

Le 8 mars 1847, le Gouverneur de Guadeloupe envoie une lettre au Gouverneur de Saint-Barthélemy dans laquelle est écrit « Son Excellence le Ministre de la Marine et des Colonies demande des renseignements sur le sort du sieur Jean Joseph MEISSONNIER, marin Français, absent depuis le 14 Aout 1825 et que l’on énonce avoir pris sa résidence à l’ile Saint-Barthélemy et s’être marié avec une créole nommée Rossoline. J’ai l’honneur de vous prier, Monsieur le Gouverneur, de vouloir bien faire prendre des renseignements relativement au sieur MEISSONNIER et de me transmettre le plus tôt qu’il vous sera possible, le résultat de vos recherches ... »

Le courrier est reçu par le Gouverneur de notre ile le 13 mars,

Le 18 mars, Samuel Augustus MATHEWS, vice-fiscal à Gustavia, écrit en Anglais un rapport au Gouverneur « I most respectfully beg to state that to my own knowledge, as well as from good information, that Joseph MESONNIER, a small man, walks lame, arrived here in the year 1827 onboard the French brig « Louise », Captain LEMAIRE, from Martinique as cook, that he was as some others of the crew, discharged here, ;that he remained in the island, and, on the 13th of January 1829, was married to Rosaline GRÉAUX in the church at Lorient by l’Abbé COLLET ; that he continued a few years sailing out of this port onboard of different vessels as a sailor ; that he has no property whatsoever, and quitted the island very poor, and that he appears from the Secretary records to have taken his passport from this on the 8th of february 1841 and that he has been since that time (and is still) residing on the island of Trinidad. »

Le 19 mars, le Gouverneur James H.HAASUM prépare en Français le brouillon de sa lettre de réponse d’après le rapport de MATHEWS.

Le rapport de MATHEWS nous donne des détails sur Jean Joseph qui est arrivé ici en tant que marin et cuisinier sur le brick « Louise » en provenance de Martinique en 1827. Ainsi que d’autres marins de ce navire, il a été débarqué ici. Il est petit et boite. Il a continué son métier de marin pendant quelques années, avant de demander un passeport pour quitter l’ile en février 1841, et qu’il est parti s’installer à Trinidad.

On peut penser que Rosaline est revenue dans son ile natale après le décès de son mari à Trinidad, car elle est ici pour le mariage de sa fille Adélaïde (elles habitent à Public) en 1852. A son décès en 1880, Rosaline habite chez son gendre Alexis GRÉAUX à l’Anse des Cayes.

En dehors des quelques détails qu’il nous donne sur Jean Joseph, le rapport de Samuel MATHEWS revêt un intérêt supplémentaire pour nous. En effet, on peut facilement s’imaginer que c’est de la même manière que les BLANCHARD, OLIVE, CHAPELAIN, TURBÉ, DALCHÉ, MORON, VIANIS, VANTRE, CHOISY et les autres sont arrivés ici.

Ils ont débarqué d’un bateau, peut-être par hasard, ont respiré un grand coup en arrivant sur le quai, ont aimé ce qu’ils ont vu, et ont décidé de rester.

MEISSONNIER, un patronyme qui n’aura fait que passer dans l’histoire de Saint-Barthélemy, sans laisser beaucoup de traces, mais une nombreuse descendance dans notre ile, même si peu savent qu’il figure dans leur arbre généalogique.



Catégories :Greaux, MEISSONNIER, Uncategorized

2 réponses

  1. Good Morning Jerome.
    I am interested in all of the families who came to Trinidad from Saint-Barthélemy so I have a question for you:
    Is there any reason why you have Adelaide being born in Trinidad in 1831 when, according to your report, Jean Joseph MEISSONNIER arrived and started living in Trinidad in 1841?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :