L’équipage du shooner « Four Sisters »

Le schooner Four sister est un navire battant pavillon suédois appartenant, en 1816, au commerçant Bertrand RABAINNE. Ci-dessous, un des rares manifestes d’équipages qu’on puisse trouver. Il va nous permettre de parler de quelques habitants de cette époque.

FSB 183 – Manifeste des équipages du schooner « Four Sisters »
FSB 183 – fiche technique du schooner « Four Sisters »

Joaquin FERRERA     Capitaine du navire. D’après ce document de 1816, il serait né au Portugal vers 1778. D’après son acte de naturalisation Suédoise en 1813, il serait né vers 1783. Il réside à Gustavia depuis 1810. Il apparaît dans diverses affaires en tant que Capitaine sur différents navires.

Jacques AUBIN         Marin. Impossible de savoir avec certitude de qui il s’agit.

                                    Il pourrait cependant être le fils de Charles « Cadix » AUBIN et Marie Louise GRÉAUX, né à Grand Fond le 6 septembre 1794 et baptisé le 28 du même mois.  Il épouse une Antoinette ou Rose Simonette GRÉAUX le 19 janvier 1828. Elle est de Saint-Jean, fille d’Antoine et Louise ou Magdeleine GRÉAUX. Ils ont 8 enfants d’où descendance de nos jours. Je penche pour ce Jacques AUBIN, car il est installé au quartier du Public ou celui de Saint-Jean, c’est à dire ,à proximité du port de Gustavia, ce qui est important pour un marin. Un autre élément, c’est que le dernier marin de la liste est aussi un habitant du Public. L’autre Jacques AUBIN qui pourrait convenir est aussi natif de Grand-Fond, le 11 mai 1796, fils de Jacques AUBIN et de Catherine Marie Rose LAPLACE. Je n’ai rien d’autre sur celui-ci.

Gustaf DALINE                      Cuisinier. Nous avons déjà parlé de son père dans l’article sur les mariages entre des Suédois et des Saint-Barth. Gustaf est né à Saint-Barthélemy vers 1800, fils de Jonas DAHLIN et de Florence BRIN, native du quartier du Public, fille d’Alexis BRIN fils et de Marie Louise GRÉAUX. Gustaf a au moins un frère et deux sœurs. Il doit être le seul à survivre car sa mère, devenue veuve en 1800, demande de l’aide pour son fils tant elle est misérable et dans le besoin.

Gustaf ou Carl August selon les documents, aura une fille, Louise ou Lina dite « Daline » avec une Anne GRÉAUX que je n’arrive pas à identifier. Le couple ne semble pas avoir été marié et Gustaf semble disparaître rapidement. Lina « Daline » GRÉAUX épousera Louis Dominique MAGRAS du Corossol en 1856, d’où nombreuse descendance de nos jours.

Auguste Bertrand RABAINNE est né à Bordeaux vers 1761. Il est naturalisé Suédois le 28 juin 1809, et indique résider sur notre île depuis 1795. Il est orfèvre, mais aussi négociant. Son nom apparaît dans de nombreuses affaires. On peut noter qu’en 1798 il est également dit résident et joaillier à Boston dans le Massachusetts.

FSB 277 – demande de naturalisation d’Auguste Bertrand RABAINNE

Sa première épouse décède vers 1805. Ils avaient eu une fille, Amélie Augustine, née vers 1803, qui épousera Jean Baptiste NICOT en 1820 (elle ira s’installer à Ponce à Puerto Rico après le décès de son mari, et semble y avoir une descendance).

Le 30 décembre 1806 il épouse Rebecca Vale Piron STORY née à Boston en 1773 et veuve de François Denis LIEBBE (un Capitaine Français originaire du Havre).

Auguste Bertrand RABAINNE et Rebecca STORY auront 4 enfants, peut-être plus, car il y a des confusions avec les enfants du premier mariage de Rebecca.

Auguste Bertrand RABAINNE habite à Gustavia. Il possède le lot 229 dans le quartier « Börssen » (où se trouve le bâtiment de l’ancien restaurant « Au Port »). Le terrain est construit de 2 maisons donnant sur la rue  avec cuisines et autres appartements dans le fond. Il l’avait acheté le 2 aout 1804 des mains de William COCK. C’est son beau-fils Jean Baptiste NICOT qui le rachète en 1827. En 1809, RABAINNE possède 18 esclaves.

Cadastre Suédois – quartier Börssen


Catégories :Uncategorized

1 réponse

  1. The Boston/Gustavia link was strong, since at the time the port of Boston was the major transhipment point for the US. A fascinating glimpse into the liveliness of the past. Thanks Jerome.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :