La succession de Marie Rose PIMONT

Nous allons étudier la succession de Marie Rose PIMONT en 1788, et essayer d’en tirer quelques informations.

Généalogie

Marie Rose est née à Saint-Martin vers 1720, du mariage en premières noces d’un Jean ou Jean Baptiste PIMONT, alors commandant de l’île de Saint-Martin, et de Marie JACQUES.

Marie Rose a au moins un frère, François (il épousera une Marie Elisabeth QUESTEL et une Elisabeth CHAUMONT, d’où descendance), et au moins une sœur (Marie Françoise qui épousera un Robert CHAUMONT).

Avec ces patronymes, on est en plein dans les premières populations Françaises de l’île de Saint-Martin, et leurs constants échanges avec les populations de notre île.

Jean Baptiste PIMONT aura au moins une fille, Florence, vers 1740, avec une Elisabeth QUESTEL. Florence épousera un Pierre MATHIEU, né à Saint-Barth, avec une descendance à Saint-Martin, nous en croiserons une partie à Saint-Barthélemy pendant la période Suédoise.

On trouve une « Habitation PŸMONT » sur le document de 1787 récapitulant les propriétés. Elle appartient à une veuve JACQUES.

Le 10 janvier 1741, Marie Rose PIMONT épouse Jacques GRÉAUX, fils de Jacques GRÉAUX et de Marguerite MASSON. Jacques est né à Saint-Barthélemy, peut-être vers 1695 ou début 1696, et il est baptisé à Basse-Terre le 23 mai 1696 pendant l’un des exils, les Saint-Barth réfugiés car chassés par les Anglais.

On notera que son parrain est un Nicolas MANGEANT (époux d’une Magdelaine QUESTEL ,et sans doute très certainement un frère de Paul MANGEANT époux de Jeanne LÉDÉE). Ils sont tous des réfugiés de Saint-Barthélémy.

Jacques GRÉAUX qui deviendra Commandant de Saint-Barthélemy, et Marie Rose PIMONT habitent l’Anse des Lézard, et ils auront plusieurs enfants que nous verrons plus bas.

Au décès de Jacques (entre 1752 et 1760), son épouse, qui a encore des enfants à sa charge, se remarie civilement le 9 octobre 1760 avec « Joseph ROUSTAN natif de la ville de Marseille, paroisse Saint-Martin, fils légitime de feu sieur Jacques ROUSTAN, Ecuyer Chevalier de Jérusalem, et Consul de France dans l’île et Royaume de Chypre, et Beatrix CALLIMERY ». Le contrat est signé dans l’habitation de la veuve, et en présence de Charles VITTET, lieutenant commandant de l’île. Il doit y avoir un mariage religieux par la suite, mais je ne l’ai pas trouvé. Il n’y a pas grand chose d’autre sur Joseph, si ce n’est qu’il semble être capitaine (le sloop Nancy envahit de rats et de vermine à Trinidad). Le couple n’aura pas d’enfants.

Extrait du mariage de Joseph ROUSTAN et Marie Rose PIMONT

Marie Rose PIMONT décède chez elle le 22 octobre 1788, et c’est son fils Robert GRÉAUX (sans doute car il est le seul qui sache écrire de ses frères et sœurs) qui est chargé de faire l’inventaire des biens pour le notaire Jean NORDERLING.

« Le 1er novembre 1788, à la requête des héritiers généraux de la défunte Marie Rose PIMONT, savoir :

Joseph ROUSTAN (veuf de la dite défunte,

et ses enfants en premières noces,

Robert GREAUX

Rosalie GREAUX, femme de François MAGRAS

Catherine GREAUX, femme de Pierre MAGRAS

André GREAUX

Magdelaine GREAUX, femme de Charles VANTRE

Florence GREAUX, femme de François GREAUX

Tous présents et dument autorises »

TERRES et MAISONS

Une habitation située dans le quartier du Roy, anciennement appelé l’Anse des Cailles, mais à présent, Anse des Lezard, contenant environ soixante carrés de terre, tant bonne que mauvaise, cultivée et non cultivée, bornée

Au Nord par la mer,

A l’Est par l’habitation du sieur COQ

Au Sud par Messieurs Jean BERNIER et Robert GRÉAUX,

En Courant à l’Ouest, où l’Habitation est bornée par les terres de la veuve MAGRAS, en courant à l’orient, où elle est bornée par André GRÉAUX, estimée 200 moedes

1 maison #1 sise à l’Est, en charpente, avec une chambre, de 22 pieds par 11, estimée 13

1 maison #2 sise au Nord-Est en charpente, de 16 pieds carrés, estimée 10

1 maison #3 au Nord, entourée de mauvaise maçonnerie, et couverte d’essentes, estimée 3

1 maison #4 à l’Ouest, couverte en paille, estimée 2

1 four

Dans le document « Examen des terres » en 1787, on peut identifier cette terre comme étant celle qui figure au « Quartier du ROI » sous le nom d’ « Habitation Lezard » et avec, comme propriétaire « ROUSTAN ». Il est dit qu’il y a 30 carrés de terre, dont un quart inutilisable pour l’agriculture (pierres et exposition aux vents d’Est en provenance de la mer).Le reste est bon, mais peu planté et ne produit qu’une bale de coton à 300 Livres françaises. Elle comprend une bonne moitié de l’Anse des Cailles, l’Anse des Lezards actuelle, et toute la falaise jusqu’à presque rejoindre la Pointe à Piot (Flamands)

On notera aussi qu’il semble que l’appellation « Anse des Lezard » soit récente en 1787.

Localisation de l’Habitation Lezard au Quartier du Roi en 1787

ESCLAVES

PIERRE                        nègre créole d’environ 30 ans, un peu incommodé dans les hanches, mais d’ailleurs se portant bien      estimé 23 moedes

THOMAS         mulâtre, d’environ 18 ans, en parfaite santé            estimé 27 moedes

LOUIS              mulâtre d’environ 16 ans, en parfaite santé estimé 22 moedes

JOSEPH           mulâtre d’environ 14 ans en parfaite santé estimé 20 moedes

MARIE URSULE négresse ayant 32 ans, en parfaite santé et mère des trois mulâtres ci-dessus               estimée 26 moedes

ROSE               négresse ayant 7 ans, estimée 11 moedes

On pourra remarquer que trois des esclaves sont mulâtres, et les trois, fils de la « négresse » Marie Ursule, ayant donc pour père un homme blanc. Si les âges indiqués sont corrects, Marie Ursule a donc eu son premier fils âgée de 14 ans environ.

FOURNITURES ET MEUBLES

            Les valeurs sont indiquéesavec les trois unités

Moedes-Gourdes-Escalins

Un coffre fermant à clef en cèdre     0-2-0

            (les hardes et linges qui se trouvaient dedans furent partagées amicalement entre les dames intéressées dans la succession)

Un couvert d’argent                            0-6-0

une paire de boutons d’or                  0-3-0

un dès d’argent                                   0-0-4

un trébuchet                                       0-3-0

deux coffres en bois de sap

ne fermant pas à clef             0-0-8

Un cur d’oreille d’argent                    0-0-3

une table ronde en bois d’acajou       0-1-0

une table carrée en bois de sap         0-0-5

un ban en bois de sap                         0-0-4

Sept mauvaises chaises et une petite            0-1-5

un mauvais lit en bois de sap             0-2-0

une longue vue                                   0-2-0

trois caisses de paubans vides           0-0-6

deux pilons bois de gayac

ensembles                              0-0-8

sept planches, bois de sap tant

            bonnes que mauvaises           0-1-5

deux moulins à coton ensemble        0-3-5

une presse à manioc assortie bois

            de gayac                                  0-1-5

Une jarre de moyenne grandeur        0-3-0

Deux jarres avariées ensemble          0-1-0

Un coffre                                             0-0-3

Une paire de fer à repasser               0-0-5

Une lampe avec un pot de terre        0-0-1

Un hamac espagnol (donné à

            Monsieur ROUSTAN               0-4-0

Un hamac de Normandie en

            mauvais état                           0-1-0

Coton net 118 livres effiné                 3-4-0

Deux bayes, bois de gayac                  0-0-4

Deux barils et deux caves

vides, ensemble                      0-1-0

VAISSELLES

Quatre plats de faïence                      0-0-5

Deux soupières                                   0-1-1

Une soupière sans couverture            0-0-1

Trois mauvaises bols grandes

            et petites                                0-0-4

Vingt-deux assiettes de faïence         0-1-0

Sept assiettes d’étain                         0-1-0

Trois pots de terre                              0-0-5

Huit tasses de différentes façons      0-0-5

Un mug de faïence                             0-0-1

Un mug de verre                                 0-0-4

Deux carafes de verre             0-0-2

Deux huilières et deux autres

            flacons                                                0-0-2

Huit cuillères d’étain et une

            cuillère à soupe                      0-0-2

Une demie douzaine de couteaux

            et fourchettes                         0-0-5

Une bombe de fer, anse de cuivre     0-1-0

Trois chaudières, deux bonnes

            et une mauvaise                     0-1-5

Deux chandeliers                                0-0-8

Un fanal de fer blanc                          0-0-4

Deux canaries et une

            casserole de terre                   0-0-2

Une poile à frire                                 0-0-4

Un sucrier de cuivre                            0-0-4

Une salière                                         0-0-2

Une truelle                                          0-0-3

On ne peut que s’étonner de cette liste composée de bric et de broc, de ces choses qui paraissent sans valeur, mais qui sont le seul confort qu’ils ont pour les accompagner dans la vie de tous les jours. Au demeurant, comparée à d’autres successions de la Campagne à cette époque, on peut penser que la famille est « riche ».

Connaissiez vous le mot « pauban » que l’on trouve aussi écrit poban ou pot ban, un petit contenant, aussi bien un petit pot en terre, un flacon ou une fiole en verre.

On notera qu’il y a semble-t-il une différence entre  les deux hamacs de la succession, un dit Espagnol et l’autre, de Normandie.

Il y a une presse à manioc, on doit donc toujours en manger à Saint-Barth à cette époque.

On remarque ces mots qui sont arrivés jusqu’à nous et qui sont toujours utilisés par ceux qui pratiquent encore le patois  : canaris, baye, chaudière.

ESPECES

Dans un petit sac, en or et argent      8-3-9

DETTES ACTIVES

1-Robert GRÉAUX pour

            reconnaissance devant moi

            le dit notaire                           2-2-9

2-Toussaint QUESTEL fils comme

            ci-dessus                                 0-2-0

L’actif de la succession atteint environ 385 moedes, dont, comme on vient de le voir :

200 moedes pour la terre,

129 moedes pour les esclaves

28 moedes pour les 4 maisons

DETTES PASSIVES

1-Compte du médecin D’HANNON    10-4-0

2-Compte de Charles VENTRE          2-4-4

3-Compte de NESTOLAT                     0-5-1

4-Par accord entre le sieur ROUSTAN

            et les autres héritiers             21-0-0

5-Compte de Robert GRÉAUX              0-6-3

6-Compte de Jacques BERRY et BORNICHE pour frais de l’enterrement                    1-4-1

           

7-Robert GRÉAUX pour la nourriture des nègres de la succession

            pendant 15 jours suivant l’arbitrage       0-6-0

8-L’inventaire, l’acte de partage journées, vacations, l’encan,

            liquidations, greffes, minutes 6-4-0

Il est intéressant, même si l’on a pas de détail,  de comparer le montant de la dette envers le médecin, qui, au regard de l’actif, paraît exorbitante (c’est souvent le cas).

Le 12 novembre 1788, devant le notaire NORDERLING, à la requête et en présence des héritiers et intéressés mentionnés dans l’inventaire du 1er novembre dernier, a été fait le partage suivant de tous les effets et biens délaissés par ladite défunte Marie Rose PIMONT, savoir :

  1. Ses enfants susdits s’étaient déjà arrangés à l’amiable avec leur second père, Joseph ROUSTAN, conformément aux deux contrats passés entre eux du 1er et du 11eme novembre derniers, dont voici une copie.

Dans la copie du contrat en date du 1er novembre 1788,  « Joseph ROUSTAN affirme avoir reçu la somme de 15 moedes en argent comptant en échange de l’abandon de toutes les prétentions qu’il aurait pu avoir sur la succession de feue dame Marie Rose PIMONT son épouse ».

Dans le contrat du 11 novembre, la famille octroie 6 moedes supplémentaires à Joseph ROUSTAN, payables dans un an. Les héritiers promettent également de « traiter toujours leur second père avec tous les égards qu’ils doivent au mari de leur défunte et respectable mère, d’avoir toujours soin de ses vieux jours et ne jamais souffrir qu’il se ressentira de l’indigence et la misère. Au contraire, ils promettent tous qu’il sera toujours bien venu à leurs maisons, tables et autres commodités de cette vie ».

  • D’un accord commun entre les héritiers, l’habitation du 1er article de l’inventaire a été partagée en six lots égaux. Après quoi lesdits héritiers tirèrent au sort.
  • Afin de pouvoir payer les dettes, les héritiers résolurent de vendre le nègre PIERRE au sieur Charles VENTRE, qui l’eut au prix de l’inventaire, vingt-trois moedes.
  • Mais pour remédier au nombre incompatible de six héritiers avec celui des cinq esclaves restant, on en calcula le montant d’après l’inventaire, que l’on trouva, 106 moedes, dont on fit six autres lots, chacun de dix-sept moedes, cinq gourdes et 3 2/3 escalins. Quatre desdits lots payables en esclaves, le cinquième, partie en argent, le sixième entièrement payable en argent, après quoi on tira au sort. S’en suit un savant calcul de compensations entre les uns et les autres, les valeurs des esclaves n’étant pas égales.

Robert GRÉAUX                      l’esclave LOUIS + Lot 5

André GRÉAUX                       de l’argent + Lot 6

Marie Catherine GRÉAUX      l’esclave THOMAS + Lot 2

Marie Magdelaine GRÉAUX   l’esclave MARIE URSULE + Lot 3

Rosalie GRÉAUX                     l’esclave JOSEPH + Lot 4

Florence GRÉAUX                   l’esclave ROSE + Lot 1

Charles VENTRE et Marie Magdelaine s’échangent le lot de terre, et Charles paye en outre, la part sur les maisons qui se trouvent sur ce lot, à chacun des autres héritiers.

Les meubles et fournitures sont mis en lots et tirés au sort entre les héritiers également.

On peut suivre ce qu’il advient d’une partie des terres lors des successions de certains des héritiers, malheureusement il en manque.



Catégories :ANSE DES CAYES, ANSE DES LEZARDS, CHAUMONT, Greaux, JACQUES, MANGEANT, PIMONT, ROUSTAN, Uncategorized

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :