La deuxième photo, Saint-Nicolas et la Lorraine

La Saint-Nicolas, le 06 décembre, pour les enfants Lorrains et Alsaciens, c’est un jour particulier, un jour magique. Bien plus que Noël. En tout cas, c’est le souvenir que j’en garde.

La veille au soir, sur le rebord de la fenêtre, avec application, on déposait une soucoupe avec un sucre ou un morceau de carotte ou de pain pour la mule, et un petit verre de mirabelle pour Saint-Nicolas, et, croyez moi, ou non, le matin, au réveil, la soucoupe et le verre étaient vides, et, à côté, avaient été laissées des friandises et du pain d’épices à l’effigie du saint homme, certaines fois aussi, de petits cadeaux. Il y avait des bonbons en sucre, rouges, en formes de mules, de sapins et de Saint-Nicolas. Dans certaines écoles on avait même la chance de le voir débarquer en personne,  avec sa crosse, sans la mule, mais en voiture, une belle DS noire, pour une deuxième distribution de friandises. Malheureusement, il ne prend pas l’avion et ne vient pas jusqu’ici.

 

Tout ça pour introduire mon propos du jour, « la deuxième photo », qui n’a rien à voir avec la Saint-Nicolas en fait, si ce n’est qu’elle concerne mon arrière grand-père, enfant de la Lorraine et poilu de la grande guerre.

 

Le 16 mars 1915, cela fait un mois que le 37eme régiment d’infanterie est en position sur la rive gauche de l’Yser en Belgique. Après avoir eu 3 petits jours de repos du 12 au 15 mars, le régiment s’apprête à relever le 79eme dans les tranchées du Langemark au nord de Ypres. Mon arrière grand-père, René FERRY, s’est fait prendre en photo, sans doute pendant ce petit repos, et il l’envoie à son épouse, Hélène ce jour là.

e09a4b7b-3928-4f30-aab1-dcbd6ae65fa4

0402c5f5-8e15-46a6-9db8-cf561d3e0cce 2

La photo reçue par mon arrière-grand-mère est bien gardée et protégée pendant toute la guerre. Sans doute la regarde-t-elle tous les jours en attendant son retour.

104 ans plus tard la carte est en parfait état.

 

Mais, le même jour, alors que la 1ere carte postale est prête à partir pour Nancy, mon arrière grand-père en écrit une deuxième, qu’il ne poste pas. Non. Cette « deuxième photo », il va la garder, et elle va faire le reste de la guerre avec lui, dans une poche de son uniforme.

Avec lui, jusqu’au 11 novembre 1918.

Elle est toute abimé, pensez donc, elle a fait les tranchées, de Ypres à Saint-Algis, en passant deux fois par la Somme, la Champagne et le Chemin des Dames, les Flandres et l’Oise.

03ca2616-a94b-47ca-bbe1-abb1d52f5e9a

Comment, en pleine conscience, un homme peut-il écrire ces mots au dos d’une photo de lui-même, et vivre avec elle, afin qu’elle serve de témoin de sa propre mort ?

Comment ont-ils fait ? Comment ont-ils tenu ?

 

Le texte au dos de la carte est simple et laconique. Le guerrier n’a pas de temps à perdre. Surtout pour parler de lui. De toutes façons, sans doute va-t-il mourir. Il a intégré cette idée, l’assume et il doit vivre avec.

« En cas de mort. Prière de retourner à l’adresse ci-contre toutes pièces personnelles ».

Circulez, y’a rien à voir !

1e16bbb5-c9f8-4547-995a-be911d99411e

 

Les deux photos ont été réunies après guerre pour nous parvenir aujourd’hui.

 

Enfin, en y réfléchissant, peut-être, finalement, y a-t-il un rapport entre Saint-Nicolas et « la deuxième photo ».

Saint-Nicolas, au milieu du 13e siècle, par ses immenses pouvoirs, ramène chez lui en Moselle, vivant, le Sire de Réchicourt qu’on croyait mort depuis longtemps, prisonnier des Sarrazins en Palestine pendant une croisade et qui, tous les jours, du fond de sa prison, lui adressait ses prières.

Pour revenir vivant de cette boucherie, l’aide de Saint-Nicolas, Saint-Patron des Lorrains depuis 1477, n’a sans doute pas été de trop !



Catégories :Uncategorized

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :